Secrétariat SELARL 04 77 37 05 22

Médiation et Communication Non Violente

LA COMMUNICATION NON VIOLENTE  :  PROCESSUS DE MEDIATION

« Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, mais les représentations qu’ils en fabriquent. » EPICTETE.

Chacun a ses propres représentations des situations et des événements, sa propre réalité. « La carte n’est pas le territoire ».

La Communication Non Violente est un outil facilitateur qui permet l’expression et l’écoute réciproque respectueuse et bienveillante des participants.

L’intention de la Communication Non Violente est de créer une qualité de relation avec soi-même et avec les autres, qui prend en compte les différences de perception des situations, les ressentis et les besoins de chacun.

Ce processus a été mis au point par Marshall ROSENBERG, psychologue clinicien.

Son but est de nous rappeler ce qui est essentiel dans les interactions humaines afin d’améliorer la qualité de nos échanges.

Ce processus se décompose en quatre phases :

La première phase dite d’observation invite à se concentrer sur les faits et les données, sur leur expression et leur écoute sans jugement et sans évaluation critique.

La deuxième phase dite de sentiments permet d’accueillir de façon bienveillante les ressentis, les sentiments des participants.

La troisième phase dite de besoins aide à faciliter l’expression et l’écoute des besoins de chacune des parties.

La quatrième phase dite de demande conduit à inviter chaque partie à identifier ce qui lui permettrait de voir ses besoins davantage satisfaits et à formuler ses demandes de façon concrète et négociable.

La médiation favorise les échanges entre les parties et permet de clarifier le vécu de chacune d’entre elles, ce grâce à l’intervention du médiateur.

On peut considérer que le processus de Communication Non Violente est en soi un processus de médiation, le médiateur favorisant alors la connexion entre les deux parties leur permettant de trouver une solution à leur conflit.

Le médiateur Communication Non Violente va utiliser ses connaissances du processus, de ses étapes et de ses composantes, afin d’accompagner chaque partie jusqu’à ce que chacune d’entre elles puisse entendre et reformuler les besoins de l’autre.

Le but recherché est que chacun prenne la mesure du vécu de l’autre, indépendamment de toute idée de faute ou de culpabilité et sans que cela incite à être d’accord.

Ainsi le médiateur Communication Non Violente va devoir faire la différence entre :

– les faits et toute forme de jugement,

– les sentiments et les évaluations,

– les besoins et les stratégies pour les satisfaire,

– les demandes et les exigences.

Le médiateur Communication Non Violente restera attentif aux besoins de chacune des parties pour favoriser entre elles la reconnaissance réciproque de leurs besoins.

Le médiateur Communication Non Violente accompagne ainsi les parties vers un changement de vision qui leur permettra de trouver une solution contribuant à la satisfaction des besoins mutuels.



libero. mattis et, Praesent venenatis, tristique